Articles, philosophie, réflexions, divers...


Stabulation vs boxe - quand une bonne intention en cache une mauvaise

 

Aujourd’hui, pour cet article temporaire, j’avais envie d’aborder un sujet qu’on pourrait considérer plutôt "délicat" étant donné les polémiques sans fin qu’il peut déclencher: le boxe... Qui m’a fait passer par quatre états d’esprit durant ma courte vie de cavalière:

 

1. L’ignorance/l’indifférence quand j’étais enfant jusqu’à mon début d’adolescence: « C’est normal. Pourquoi? Comment? Je ne me pose pas la question. Certains chevaux vivent au pré, d’autres vivent en boxe. C'est comme ça. » J'avais toujours vu les deux versions avec les chevaux de ma famille alors pour moi c'était normal. Trois vivaient au pré 24/24h et deux rentraient au boxe la nuit.

 

2. Le début de la prise de conscience: ce n’est pas naturel d’être en quatre murs. Je découvre les pensions en stabulations, les vraies raisons des pensions prés (pourquoi les chevaux vivent dehors, pieds nus, en troupeau, tous leurs besoins fondamentaux) et, il y a 10 ans, chez des amis en Allemagne, une pension écurie active // paddock paradise avec divers couloirs qui « obligent » les déplacements d’un point d’eau à un point d’affouragement, et des infrastructures splendides. Je commençais ensuite (2015) à me renseigner pour des pensions dans ma région pour mon jeune que je gardais dans le Gard jusqu’à 2017. Priorité pension pré mais boxe ééééventuellement OK. Tant qu’ils sortaient 7/7jrs en troupeau du matin au soir.

 

3. 2016-2017: boxe exclu. Je le fuyais comme la peste. C’est pas naturel (et je le pense toujours), c’est pas pratique, c’est chiant, c’est un confort créé uniquement pour l’humain.

Mais je n’ai jamais jugé ni pointé du doigt ni fait de remarque désobligeante à mes amis et connaissances ayant un cheval au boxe. Mais pour le mien, j’étais 100% contre.

 

4. 2018-2019: Vie en extérieur entièrement et à jamais privilégiée mais avec des critères de conditions de vie si peu adaptés, autour de moi, qu’ils m’ont amené à tolérer le boxe et ne pas m'y fermer entièrement. Mais pas n’importe où ni n’importe comment ni n’importe quoi. Même si je rêverai toujours de trouver LA petite structure au pré sous ma fenêtre que je pourrais (co-)gérer moi. Aménager les terrains, m'adapter aux saisons, y avoir mes deux camargues H24, organiser des conférences & stages et j'en passe.

Lire la suite 0 commentaires

Proprioception / core development II

Lire la suite 0 commentaires

Proprioception / core development

 

 

J'agrémente majoritairement notre "travail" quotidien d'ateliers et exercices de proprioception et 'core development'. C'est en découvrant la philosophie Intrinzen (movement & motivation science) sur Instagram il y a quelques années que je me suis lancée et m'en inspire régulièrement pour alimenter les bases que je souhaite fonder avec mon jeune cheval.

On va travailler régulièrement avec des petits cônes, des matelas, des sols « superficiels » divers et développer les crunches (core posture) afin d’améliorer sa proprioception - soit la perception, la conscience (ou non) de son propre corps et la position de ses différentes partie du corps. Du core development et movement exploration pour une meilleure conscience de son corps, de ses mouvements.

Mais également une jolie stimulation pour l'esprit et la curiosité. Pas de mode d'emploi précis, à nouveau. On présente des exercices et on laisse le cheval proposer à sa manière et à son rythme.

Mon jeune les propose de lui-même au pré. En plus de trottiner d'un coin à l'autre du pré ou se défouler très expressivement quand l'envie lui prend, il réalise des crunches de lui-même ou vient à moi me proposer des pas de panther walk, tout motivé.

 

 

Mais qu'est-ce que le Panther Walk? C'est le dernier exercice que j'ai abordé d'Intrinzen (trois séances jusqu'à aujourd'hui). Le but de l'exercice est d'atteindre la petite frite-stick avec ses antérieurs (ou ma main / le haut) et former un pas "exagéré".

 

Voilà un extrait du blog Horse Ideology et de Kathy Sierra (co-fondatrice) que j'ai traduit:

 

"Panther walk (pas/démarche de panthère) est un terme qu'ils ont attribué à un exercice qu'ils apprennent au cheval pour l'aider à développer son "self carriage" et fierté en lui, tout en travaillant en R+.

 

Voici une explication de Kathy Sierra:

Le pas lent, exagéré et assez "intense" qu'est le panther walk est un exercice idéal voir parfait pour la mobilité et stabilité du corps, une clé pour un meilleur "self carriage". Imaginez-vous en équilibre sur une jambe, puis basculant en avant, vous devez vous rattraper pour éviter de tomber.

C'est un exercice "d'auto-équilibre". Nous n'imposons pas au cheval de se déplacer ou bouger d'une certaine manière; nous lui donnons un objectif - comme atteindre la frite avec son antérieur - et il doit s'organiser lui-même pour aller de l'avant sans perdre l'équilibre."

 

"La raison pour laquelle nous ne nommons pas cet exercice le "pas espagnol" ou que nous nommons pas les crunches/core stabilizers un "school halt" est simple: nous respectons l'importance et la définition exacte que ces termes représentent. Le pas espagnol et le "school halt" (invitation à fléchir les hanches et reporter son poids vers l'arrière) sont des mouvements/exercices très avancés avec des critères particuliers et exécutés d'une manière particulière. Nos panther walk et crunches ne sont pas des mouvements avancés mais des exercices conçus pour une raison spécifique basée sur la science du mouvement & motivation."

 

Le développement de cet exercice peut prendre plusieurs mois.

Il n’y a pas de résultat précis souhaité, chaque cheval se développe différemment et à son rythme.

 

Lire la suite 0 commentaires

Sans installations, cent solutions.

Sans installations, cent solutions. Sans installations mais pas sans imagination.

 

C'est quand on se lance dans la belle aventure de "propriétaire", bien que je n'aime pas trop ce terme, et qu'on souhaite respecter au mieux les besoins fondamentaux de son protégé, qu'on se rend compte de la difficulté à trouver une pension idéale.

Des mentalités encore trop fermées pour qui "pension pré" rime uniquement avec retraités, des règlements trop poussés, des détentions prises à la légère; mauvaise gestion de l'herbe trop riche, nombre de chevaux pas respectés, espaces trop restreints, aucune adaptation d'alimentation, terrains boueux jusqu'aux genoux, surveillance et respect qui laissent à désirer, promesses non tenues, beauté extérieure mais catastrophe une fois à l'intérieur, et j'en passe...

 

« Le premier pas pour avoir ce que vous voulez, c’est d’avoir le courage de quitter ce que vous ne voulez plus. »

 

Alors parfois, pour le bien-être de notre compagnon, nous nous devons de faire certains compromis, provisoires ou pas. Et pour ma part, ça a été les installations, chose que j'ai toujours eue la chance d'avoir durant  ma vie de cavalière, de demi-pensionnaire, de privée avec les chevaux de ma famille puis de propriétaire. Jusqu'à cet été.

 

Ce n'est pas toujours facile, je l'affirme. Mais offrir une vie en extérieur jour et nuit, avec un abri ouvert à volonté, nettoyé une à deux fois par jour et un petit troupeau stable et équilibré passe avant tout à mes yeux. Et j'espère qu'il est heureux.

 

Lire la suite 1 commentaires

Quelques pas pour une vie plus positive...

La qualité de nos pensées reflète sur notre bonheur, sur notre manière de vivre et agir. Et tout ce que nous entreprenons, toutes les façades de notre état d'esprit ont un impact sur le bien-être de nos chevaux, miroirs de notre âme.

La positivité est avant tout un choix de vie. Et une fois qu'on décide de lui ouvrir la porte, elle devient un travail sur soi constant.

 

Lire la suite 0 commentaires

Etre propriétaire...

C'est deux ans après la rédaction de mon article "devenir propriétaire(publié il y a un an seulement car changement de blog), que je reviens avec un nouvel article abordant cette fois-ci le fait d'être propriétaire.

 

 

Lire la suite 3 commentaires

Avoir un poulain...

Ahhh acquérir un poulain… que ce soit à la naissance, à 1 an, 2 ans ou 3 ans, quel bonheur et sentiment unique!

Voir son cheval grandir, changer, évoluer, prévoir une longue vie à ses côtés, pouvoir s’occuper de son éducation dès le début, le «faire à sa main», connaître ses origines, tout son passé, son cadre de vie, sa famille, regarder des vieilles photos de ses débuts 10 ans plus tard, développer une relation forte et unique dès le plus jeune âge… Ça fait rêver, non ?

Lire la suite 4 commentaires

Devenir propriétaire...

Parce qu'un cheval ou n'importe quel animal de compagnie n'est pas un objet ou un jouet. Chaque achat/adoption demande grande réflexion.

Les questions sont à prendre dans l'ordre que vous souhaitez:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite 1 commentaires